Procédure disciplinaire à l’encontre d’Alizé Cornet après trois manquements à des contrôles antidopage inopinés

Procédure disciplinaire à l’encontre d’Alizé Cornet après trois manquements à des contrôles antidopage inopinés

©TheLawsp

La Fédération française de tennis a écarté mercredi Alizé Cornet de l’équipe de Fed Cup contre la Belgique, après avoir pris connaissance d’une procédure disciplinaire à son encontre. Il est en effet reproché à la 42e joueuse mondiale, d’avoir manqué trois contrôles inopinés au cours des 12 derniers mois.

Le communiqué de la FFT

La Fédération française de tennis, après en avoir été informée le 11 janvier par la Fédération internationale de tennis, a pris acte de l’ouverture, à l’encontre d’Alizé Cornet, d’une procédure disciplinaire pour infraction aux règles régissant la lutte antidopage, en l’espèce trois non-présentations lors de contrôles inopinés ces douze derniers mois“, a expliqué la FFT dans un communiqué (voir fin de l’article).

Dans l’attente de la décision des instances disciplinaires internationales, la FFT a décidé de laisser Alizé Cornet de “préparer sa défense et donc, de ne pas la retenir dans la sélection” pour le premier tour de la Fed Cup France-Belgique, les 10 et 11 février, en Vendée.

La Fédération Française de Tennis, malgré les conséquences que l’absence d’Alizé Cornet est susceptible d’entraîner pour l’équipe de France sur un plan sportif, souhaite ainsi rappeler sa ferme détermination à voir le programme antidopage de l’ITF être pleinement appliqué“, ajoute la FFT au sein de son communiqué.

L’application du Code mondial antidopage

Le Code mondial antidopage (CMA) prévoit que les athlètes inclus dans le « groupe cible » doivent se soumettre à des règles strictes de localisation pour être contrôlés à tout moment. Le sportif doit notamment préciser avant chaque trimestre un lieu où il sera disponible pour un contrôle, sur un créneau de 60 minutes.

S’il n’est pas présent durant le créneau indiqué et s’il n’en a pas préalablement informé les personnes en charge en contrôle, le manquement sera alors caractérisé.

Pour trois manquements à des contrôles inopinés, le CMA prévoit une peine de 24 mois de suspension, qui peut-être réduite à un an en cas de circonstances atténuantes, soit selon le degré de la faute.

Des “raisons valables” invoqués par la joueuse

En octobre dernier, j’ai reçu un troisième “no show”  (note : manquement dans le jargon) de la part du système de surveillance de l’Agence mondiale antidopage, ce qui signifie qu’entre la vingtaine de contrôles antidopage que j’ai subie sur la saison 2017, tous négatifs évidemment, j’ai manqué trois contrôles inopinés à la maison dus à des raisons valables que l’ITF (Fédération internationale) n’a pour l’instant pas voulu entendre“, a expliqué la joueuse française sur Twitter, sans donner de plus de précisions concernant ces “raisons valables“.

Des propos aussitôt démentis par l’ITF, instance dirigeante du tennis mondial, qui a affirmé ce jeudi, avoir examiné les arguments de la joueuse :

Contrairement à ce qu’implique la déclaration de Mlle Cornet, selon laquelle les “raisons valables” de son indisponibilité n’ont pas été entendues, le processus (des contrôles antidopage) qui inclut le droit à une évaluation indépendante (des arguments des joueurs) a été suivi dans les trois cas(Communiqué ITF)

Affaire à suivre.

La Rédaction


Le communiqué

Write a Comment

view all comments

Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *

sept + dix-sept =