Oscar Pistorius libéré sous caution

La demande de mise en liberté sous caution d’Oscar Pistorius a été acceptée mardi, par la Haute Cour de Pretoria. Condamné en appel jeudi dernier pour l’homicide volontaire de sa petite amie en 2013, celui que l’on surnomme le “Blade Runner” ne retournera donc pas en prison pour les quatre prochains mois.

Quelques heures plus tôt, l’avocat du champion paralympique, Me Barry Roux, avait annoncé que son client allait faire appel de sa condamnation devant la Cour constitutionnelle. 

Pistorius provisoirement “libre” 

Dans l’attente de son audience – qui devrait se tenir le 18 avril – Oscar Pistorius est donc libre. Pour cela, il a dû s’acquitter d’une caution de 10 000 rands, soit un peu plus de… 600 euros.

                                                      Oscar Pistorius

Pour rappel, la mise en liberté sous caution est la permission écrite d’un tribunal, qui autorise le suspect d’une infraction criminelle à sortir de prison dans l’attente de son procès ou d’une autre décision. Pour être accordée, le juge prend en considération plusieurs éléments, tels que la nature et la gravité de l’infraction, les antécédents, le caractère ou encore l’environnement social de l’inculpé. A l’inverse, la liberté sous caution peut ne pas être accordée s’il est par exemple préférable de garder l’inculpé en détention pour sa propre sécurité. 

Comme en témoignent les faits de l’espèce, même accordée, la liberté n’est pas totale. Oscar Pistorius devra rester en résidence surveillée et sera soumis à un contrôle électronique. De surcroit, s’il pourra quitter son domicile entre 7 heures du matin et midi, il devra limiter ses déplacements dans un rayon de 20 kilomètres. Enfin, dans cette logique liberticide, Pistorius se voit aussi privé de son passeport.

«Dans la mesure où il s’est présenté devant le tribunal, il a prouvé qu’il n’y avait pas de risque qu’il s’échappe» (Juge Aubrey Ledwaba)

Appel devant la Cour constitutionnelle 

Lors de l’audience, les avocats du champion paralympique ont annoncé qu’ils allaient contester devant la plus haute juridiction sud-africaine la condamnation en appel pour homicide volontaire de leur client. Dans la déclaration sous serment déposé par lesdits avocats, ces derniers indiquent en effet leur intention de « demander le droit de contester devant la Cour constitutionnelle » la condamnation de Pistorius.

La Rédaction


Pour en connaitre plus sur l’affaire Pistorius, cliquez ici 

Write a Comment

view all comments

Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *

14 − 6 =