L’AMA suspend provisoirement l’accréditation du Laboratoire de Paris

Le laboratoire de Châtenay-Malabry a été provisoirement suspendu en raison d’une contamination d’échantillons, a annoncé, lundi 26 septembre, l’Agence mondiale antidopage (AMA). Selon Mathieu Teoran, le secrétaire général de l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), l’incident est survenu à l’occasion d’une opération de contrôle menée au printemps dernier, dans le milieu du culturisme.

Depuis le 24 septembre 2017, date de l’entrée en vigueur de la suspension, le laboratoire de Paris ne peut donc mener aucune activité antidopage, y compris des analyses d’échantillons d’urine et de sang.

« L’Agence mondiale antidopage (AMA) a suspendu provisoirement l’accréditation du laboratoire de l’Agence française de lutte contre le dopage situé à Châtenay-Malabry, en France (laboratoire de Paris). Cette suspension a été imposée à la suite de problèmes liés aux analyses rapportés à l’AMA par le laboratoire lui-même ». (Communiqué AMA)

L’AFLD précise que cette suspension intervient à la suite du « signalement par le laboratoire lui-même de dysfonctionnements ponctuels intervenus dans des circonstances exceptionnelles au cours du processus d’analyse. ».

La concentration en stéroïdes des échantillons prélevés sur les 84 bodybuilders était telle – jusqu’à 200 fois supérieure à un contrôle positif classique – qu’elle a contaminé un robot d’analyse malgré les procédures de nettoyage habituelles, a confié à l’Agence France-Presse le secrétaire général de l’AFLD.

Selon l’Agence française, « les actions correctives appropriées ont été immédiatement prises et l’ensemble des échantillons potentiellement concernés ont fait l’objet de nouvelles analyses, qui n’ont révélé aucune autre anomalie ».

Lire le communiqué AMA

La Rédaction

Write a Comment

view all comments

Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *

13 − un =