La suspension de Michel Platini réduite à quatre ans par le TAS

D’abord suspendu pour huit ans de «toute activité liée au football», puis à six en appel par la commission d’éthique de la Fédération Internationale de Football (FIFA), le sort de Michel Platini est désormais fixé. Par une décision unanime, le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a finalement réduit la suspension de l’ancien international français de six à quatre ans, évoquant « un avantage indu ».

L’existence d’un contrat de travail, pour justifier le versement en 2011 de 1,8 millions d’euros de la part de Sepp Blatter, pour une mission de conseiller effectuée entre 1999 et 2001, n’a donc pas été suffisant pour les trois arbitres désignés, afin de donner gain de cause à l’appelant.

Contactés par Le Monde, les avocats du comité d’éthique de la FIFA affichent leur satisfaction.

« Me Antonio Rigozzi et moi-même, ainsi que le reste de l’équipe (Me Robert-Tissot et Me McAuliffe), sommes très satisfaits par la décision et par les arguments de la décision tels qu’ils ont été résumés dans le communiqué de presse du TAS » (Me Sébastien Besson)

Face à cette décision, l’ancien numéro 10 des Bleus  a immédiatement exprimé «sa profonde déception, (…), notamment dans la mesure où sa position était appuyée par plusieurs professeurs de droit suisse».

Je prends acte de la décision de ce jour du TAS, mais je la vis comme une profonde injustice, a réagi l’ex-joueur dans un communiqué. Cette décision m’inflige une suspension qui m’empêchera de facto et, comme par hasard, de me présenter à la prochaine élection du président de la FIFA (en mai 2019). 

De son côté, la Fédération française de football « respecte la décision du Tribunal arbitral du sport » concernant Michel Platini.

 

Kévin Pelé

Write a Comment

view all comments

Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *

cinq × 1 =