Deux Kenyanes provisoirement suspendues, l’IAAF intransigeante

Alors que se déroulent actuellement les mondiaux d’athlétisme à Pékin, deux cas de dopage viennent d’être révélés par la Fédération internationale d’athlétisme.

L’IAAF a décidé de sanctionner provisoirement deux athlètes kényanes, Koki Manunga et Joyce Zakary, à la suite de contrôles effectués avant le début de la compétition et qui se sont ensuite avérés être positifs.

« Les athlètes Koki Manunga et Joyce Zakary ont accepté la suspension provisoire à la suite des contrôles effectués les 20 et 21 août, respectivement » (Communiqué IAAF)

Selon un site d’informations sur l’athlétisme kényan (SportNewsArena.com) les deux athlètes auraient été contrôlées positives « à un produit qui serait probablement de la nandrolone ».

Cette annonce est un coup dur pour la fédération kényane qui voit là ces deux porte-drapeaux du sprint sur 400m haies et 400m être épinglés. J. Zakary avait passé les séries du 400m et s’était qualifiée lundi pour les demi-finales avec un nouveau record national. En ce qui concerne son homologue, cette dernière avait échoué dès le premier tour avec un temps bien loin du record national qu’elle avait établi en juillet 2015.

Pendant ce temps, un quotidien britannique dénonce un dopage à grande échelle dans l’athlétisme mondial. Un concours de circonstances (?) qui remet un peu plus en cause les performances des sportifs kéynans. En l’occurrence, le lanceur de javelot Julius Yego est devenu hier champion du monde de sa discipline avec un lancer à 92,72m, lui permettant de devenir le troisième meilleur performer de tous les temps.

Pierre Marcadier 

Write a Comment

view all comments

Your e-mail address will not be published. Also other data will not be shared with third person. Required fields marked as *

deux × trois =